CCPAC.ORG
Site du Comité des Chefs de Police d'Afrique Centrale

Outiller les acteurs pour renforcer le dispositif institutionnel

Formation de lutte contre la traite des personnes Premier jour

 

En Afrique Centrale, la Traite des personnes est  reconnue  par  les différents pays comme un phénomène préoccupant. La sous-région étant secouée par diverses crises constantes, elle est aujourd’hui considérée comme zone de transit et de destination où se développent les diverses facettes de la traite des personnes. Il s’agit entre autres de la traite des femmes et enfants aux fins d’exploitation, tourisme sexuel, et travail forcé, du trafic d’organes, et de la vente des êtres humains.

Toutefois, même s’il existe déjà un dispositif institutionnel et organique qui encadre la lutte contre la traite des personnes, il est devenu urgent de le renforcer. Ce renforcement passe sans aucun doute par la formation des parties prenantes impliquées dans la lutte contre ce phénomène. C’est pourquoi le Bureau Régional INTERPOL pour l’Afrique Centrale, en collaboration avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), organise un atelier de formation sur la traite des personnes en Afrique Centrale du 03 au 05 avril 2018. Il vise à former les agents des services chargés de l’application de la loi à la détection et la prévention de la traite des personnes.

« Cet atelier permettra de renforcer le dispositif institutionnel et organique dans la sous-région Afrique Centrale, de mieux opérationnaliser le cadre juridique existant, le rôle des acteurs à savoir les Officiers de Police, les organisations internationales, la société civile, etc., et d’envisager des pistes de solutions sur la traite des êtres humains », a indiqué le Chef de Mission de l’Organisation Internationale pour les Migrations au Cameroun, Dr BOUBACAR SEYBOU.

Les échanges au cours de cet atelier de formation qui va durer trois jours, permettront aux participants de présenter la situation de la traite dans leurs pays respectifs, les modes opératoires des acteurs de ce phénomène, les liens entre traite des personnes, migrations clandestines et terrorisme, les causes et conséquences du trafic des migrants, les solutions potentielles et les capacités policières d’INTERPOL en matière de lutte contre la traite des personnes.

Cette forme de criminalité qui touche près de 106 pays dans le monde, se manifeste entre autres par le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil des personnes sous la menace du recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contraintes. Aujourd’hui plusieurs efforts sont fournis pour éradiquer ce fléau. Au niveau mondial par exemple, l’on apprend du Chef du Bureau Régional INTERPOL pour l’Afrique Centrale, Michel KOUA, qu’INTERPOL a formé des Officiers Régionaux Spécialisés (ORS) qui constituent le Réseau des Points Focaux dans la lutte contre la traite des personnes. Cette formation avait été organisée dans le but de permettre à l’Organisation de recueillir des renseignements sur cette forme de criminalité, et échanger les informations au niveau international à l’aide de ses outils (Bases de données, capacités policières,…)

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.