CCPAC.ORG
Site du Comité des Chefs de Police d'Afrique Centrale

Les chefs de Police de l’Afrique centrale réfléchissent à leur redynamisation

 

Du 20 au 21 mars 2018, le Cameroun a abrité la 29e réunion des Sous-comités du Comité des Chefs de Police de l’Afrique Centrale (CCPAC).  Une  rencontre qui intervient au moment où la sous-région est confrontée à d’innombrables défis sécuritaires, plus complexes les uns que les autres. Pendant deux jours, il a été question « de définir les stratégies pour améliorer la coopération entre les services de police des huit

(8) pays  membres et renforcer leur  efficacité

dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la criminalité transfrontalière dans la région », a indiqué Michel Koua, Chef du Bureau régional d’Interpol dans son propos de circonstance.

Pour cela, les experts venus du Gabon, Congo, Tchad, Guinée équatoriale, Cameroun, Centrafrique, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe ont réfléchi sur comment élaborer des stratégies communes en vue de la mise en œuvre des recommandations et décisions de la 18e session du Comité des CPAC prise dans le but de combattre les phénomènes criminels en émergence en Afrique centrale, pour garantir la paix et la sécurité.

Il faut dire que le CCPAC s’est efforcé, depuis sa création, d’œuvrer dans le sens de l’amélioration de la coopération entre les services de police des États de l’Afrique centrale et le renforcement de leur efficacité dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la criminalité transfrontalière dans la région.

Pendant deux jours, la programmation des formations et des opérations à mener d’une part ; et la validation les calendriers y afférents d’autre part ont été au menu des échanges.

Pour ce qui est des formations par exemple, plusieurs sont prévues parmi lesquelles la Gestion de la scène de crime, la préformation sur les véhicules volés, la formation sur la fraude documentaire etc. Dans la même lancée, des réunions spécialisées sur la lutte contre la criminalité maritime en Afrique Centrale, et sur le soutien aux enquêteurs sur les malfaiteurs en fuite seront programmées.

Les travaux qui ont regroupé les chefs des Bureaux centraux nationaux, les directeurs de police judiciaires, les directeurs des services chargés de la lutte contre les drogues, les directeurs de la police de l’air et des frontières, et les responsables des sous-comités techniques des pays membres de la CEMAC, ont permis de capitaliser les expériences de coopération policière régionale et internationale déjà acquises pour approfondir les réflexions et trouver des solutions idoines aux problèmes qui se posent sur le plan sécuritaire dans chacun des pays de l’Afrique centrale et dans la sous-région. « De nos jours, face au défi du terrorisme et aux enjeux de la criminalité en émergence en Afrique centrale, il faut impérativement bâtir des stratégies appropriées et à intégrer dans un plan régional de sécurité », a indiqué Michel Koua avant d’exhorter par la suite les services de la police, de la gendarmerie et d’autres services chargés de l’application de la loi, à anticiper et à réagir ensemble avec plus de professionnalisme.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.